Publique n°2372

Pétitionnaire: Laure Colbrant

Allongement du congé de paternité à 1 mois

But de la pétition

Allongement du congé de paternité et d'accueil de l'enfant à 1 mois : permettre aux parents de s'investir à deux auprès de leur enfant à la naissance, apporter un soutien longue durée aux femmes ayant accouchées durant la période de post partum, et rééquilibrer le partage des tâches ... plus

Motivation de la pétition

Depuis la crise sanitaire en 2019, les dépressions post partum ont augmenté de 30%; les dépressions post partum sévères concernent entre 15 et 30% des femmes, tandis qu'elles épargnent seulement 1 femme sur 5. Ces dépressions sont mal dépistées, mal accompagnées, et durent environ 3 mois.  ... plus

expiré  11.08.2022
399 /4.500
9%
signatures enregistrées

Partager la pétition

Les étapes de cette pétition

Icon process
12.08.2022

La période de signature de la pétition publique n°2372 est clôturée, le 12-08-2022 - Nombre de signatures électroniques avant validation: 399

04.07.2022

Déclaration de recevabilité

01.07.2022

La pétition publique n°2372 est ouverte à signature, le 01-07-2022

30.06.2022

La pétition publique n°2372 est déclarée recevable par la Conférence des Présidents, le 30-06-2022

Recevabilité: recevable

Date de début de la période de signature: 01-07-2022 à 0h00

Date de fin de la période de signature: 11-08-2022 à 23h59

29.06.2022

La Commission des Pétitions a donné un avis favorable au sujet de la pétition publique n°2372, le 29-06-2022

Avis de la Commission des Pétitions: favorable

16.06.2022

La pétition publique n°2372 est déposée, le 16-06-2022

Intitulé de la pétition: Allongement du congé de paternité à 1 mois

But de la pétition: Allongement du congé de paternité et d'accueil de l'enfant à 1 mois : permettre aux parents de s'investir à deux auprès de leur enfant à la naissance, apporter un soutien longue durée aux femmes ayant accouchées durant la période de post partum, et rééquilibrer le partage des tâches domestiques et parentales encore largement assumées par les femmes.

Motivation de l'intérêt général de la pétition: Depuis la crise sanitaire en 2019, les dépressions post partum ont augmenté de 30%; les dépressions post partum sévères concernent entre 15 et 30% des femmes, tandis qu'elles épargnent seulement 1 femme sur 5. Ces dépressions sont mal dépistées, mal accompagnées, et durent environ 3 mois.

 

Par ailleurs, les recherches montrent que la parentalité constitue un moment crucial pour l'égalité femmes-hommes, signifiant souvent le retour à des schémas traditionnels de division sexuée du travail. L'allongement du congé paternité est donc une étape importante et nécessaire, qui rappelle aussi que le rapport à la paternité a évolué ces dernières années, et que les pères souhaitent s'investir davantage dans une paternité relationnelle et active.

 

Comment espérer accompagner convenablement les femmes si les seconds parents doivent retourner travailler au bout de seulement 10 jours ? Comment imaginer une grande implication des seconds parents (ex: rdv pédiatre) s'ils n'ont pas de possibilité d'être un réel soutient pour les mères ? Comment espérer que les seconds parents apprennent des gestes pour les nourrissons quand les sages-femmes n'adressent leurs explications qu'aux femmes lors des rdv post-natales ?

 

Historiquement, pour atteindre l'égalité, les politiques publiques ont favorisé l'activité professionnelle des femmes et négligé l'importance d'encourager la participation des hommes à la vie familiale. La présence du père auprès de ses enfants nouveau-nés est essentielle pour mettre en place des habitudes de partage équitable des soins entre les parents et ne pas renforcer la spécialisation des rôles masculins ou féminins dans la famille.

 

Cette nouvelle norme de la paternité impliquée souhaite l'avènement d'une génération de pères plus engagés, une réduction des dépressions post partum grâce à une prise en charge facilité pour les mères, et une réduction des inégalités en augmentant l'implication des pères dans les tâches parentales et domestiques.